Archive for juin 2006

Rencontre avec Kader Arif, député européen

juin 23, 2006


Ce vendredi 23 juin 2006, vers 11h00, une délégation du collectif 31 – Sauvons l’Europe, composée de Catherine, Pierre-Yves, Amendine, Sylvie et Hugues, s’est présentée à la permanence parlementaire de Kader Arif où elle a été reçue chaleureusement. Notre député européen accepte de faire partie de notre comité de soutien et s’est lui-même proposé d’adhérer e de faire adhérer des personnalités toulousaines. Il nous a communiqué un document édité par le parti des socialistes européens sur une journée d’un européen qui montre à quel point l’Europe est présente dans notre quotidien.

Partageant notre constat sur l’absence de dynamique européenne, l’eurodéputé a regretté la situation budgétaire de l’Union qui traduit selon lui le « retour des égoïsmes nationaux ». A l’occasion de l’anniversaire du Traité de Rome, Kader Arif se propose d’organiser une manifestation autour de Maurice Faure qui est le dernier signataire français. Au-delà de l’échange d’informations, « Sauvons l’Europe » sera sollicité par son travail parlementaire et notamment les rapports sur les discriminations et sur les rapports Nord-Sud.

Son agenda l’amènera à participer aux réunions entre le SPD et le PS à Berlin. Une relance européenne ne passe que par une reconstitution d’une harmonie au sein du couple franco-allemand. Lors du congrès de PSE qui se déroulera à Porto début décembre 2006, Kader Arif souhaite organiser une campagne de soutien de la proposition de directive sur les SIG et SIEG rédigé par Gilles Savary et Harlem Désir. Pour le responsable politique qu’il est, l’Europe regarde la France et attend avec la plus grande attention ce que les échéances de 2007 donneront.

L’échange fut riche de projets et d’initiatives communes. Il nous montre, s’il le fallait que nous devions aller aux devant des acteurs de l’Europe dans notre région et il semble bien que nos parlementaires ne restent pas les bras croisés.

3 questions à Hugues Bernard, secrétaire du collectif Sauvons l'Europe en Haute-Garonne

juin 22, 2006


extrait de la Voix du Midi – n° 6619 – jeudi 22 juin 2006

Quand et pourquoi avez-vous créé ce collectif ?

En l’absence d’initiatives, il fallait à tout prix reprendre le débat européen par la voie citoyenne. Et d’autant que les sommets européens se poursuivent toujours au même rythme, mais n’aboutissent à rien. C’est pour cela qu’est né le mouvement national « Sauvons l’Europe » en octobre 2005, à la suite des rencontres de Rennes. Nous avons décidé de constituer notre collectif en Haute-Garonne, en janvier 2006. Il est habilité par le mouvement national. Les statuts ont été déposés le mois dernier. Une trentaine de personnes nous ont rejoints. L’association a pour but de mettre en oeuvre sur le département de la Haute-Garonne le contenu de l’appel « Sauvons l’Europe » du 7Juillet 2005 et la Charte du mouvement du même nom. Notre démarche est d’abord éducative. Elle consiste à informer et former les citoyens afin que tous puissent fournir un débat autour des enjeux de la construction européenne. Nous voulons devenir un « aiguillon » critique. Pour ce faire, nous étudions les textes qui émanent de l’Europe pour les comprendre et pouvoir prendre position, en connaissance de cause.

Y a-t-il urgence à sauver l’Europe ?

Oui. C’est la seconde fois que la France bloque la construction politique de l’Europe alors que nous sommes les premiers à demander justement une construction politique et sociale de l’Europe. Et l’urgence redouble au vu des discours des prétendants à la présidentielle qui ne tiennent nullement compte de la nécessaire dimension européenne. Une fois de plus, l’Europe n’est pas au cœur des débats alors quelle devrait l’être. Elle ne doit pas devenir, par ailleurs, le bouc émissaire des politiques nationales.

Quels projets proposez-vous ?

Plus que des projets, nous voulons dans l’immédiat faire comprendre comment les problèmes fondamentaux qui se posent sont de moins en moins des problèmes nationaux mais européens. C’est à cette échelle qu’ils doivent être résolus. Il en est ainsi des questions de sécurité face au terrorisme, de l’immigration, des questions d’emploi. Ainsi, dans bien des questions, l’Europe est la solution. Or elle l’est de moins en moins. Il suffit de se référer aux débats qui ont eu lieu autour de la pertinence de la Ve République, une fois le traité européen abandonné. C’est incroyable comment le débat européen a été déserté. Notre combat est pour une Europe unie à vocation sociale.

Propos recueillis par Florence Guilhem.

Pour rejoindre notre collectif : sauvonsleurope31@laposte.net

Compte-rendu de la réunion du 20 juin 2006

juin 20, 2006


Réunion de rentrée

Il est décidé de faire une réunion de rentrée le mardi 26 septembre 2006, lieu à déterminer. Les réunions se tiendront sur le dernier trimestre 2006 à 20 heures 30.

Réunion publique sur le thème de l’immigration en octobre

Aucun député de la Haute Garonne n’a travaillé sur ce thème. Jean a eu un contact avec une enseignante de droit public à l’IEP de Toulouse, compétente en la matière et susceptible de faire une conférence sur ce thème à envisager pour la 2ème quinzaine d’octobre. Préparation des questions à traiter le 6 juillet.

Jalons pour un programme d’action 2006/2007:

Nous participerons à l’organisation du colloque prévu par les universités toulousaines pour le les 50 ans du traité de Rome en mars 2007. Autre date incontournable, le 9 mai 2007, 3 jours après l’élection du président de la République. A réfléchir : une action à faire pour interpeller les candidats sur l’Europe dans le cadre de la campagne. Réfléchir aux intervenants à impact médiatique. Suggestion : le président du Parlement européen sur le thème  » ce que nous attendons du choix présidentiel des Français « .

Ils veulent sauver l'Europe

juin 1, 2006


extrait de Métro – suppl. Toulouse – Jeudi 1er juin 2006 – n°531

Le mouvement Sauvons l’Europe, qui a tenu ses rencontres fondatrices à Rennes, en octobre dernier, s’organise désormais au niveau local. A Toulouse, ils sont une trentaine à s’activer pour la construction d’une Europe « forte et ambitieuse ».

Il y a un an, les Français (et les Hollandais) se prononçaient contre le Traité constitutionnel européen. Emboîtant le pas au mouvement national Sauvons l’Europe qui a enregistré à ce jour plus de 2 000 signataires parmi lesquels l’ancien ministre Bernard Kouchner, l’écrivain Jorge Semprun ou encore l’éditrice Isabelle Seguin. Une antenne toulousaine s’est constituée au mois de janvier.

Impliquer la société civile

« Notre but c’est de mobiliser la société civile, commente Hugues Bernard, travailleur social et secrétaire de l’association. Au début, l’initiative venait de gens qui avaient voté oui au traité et qui ont été déçus. Mais nous avons été rejoints par des personnes ayant voté non parce qu’elles voulaient une Europe plus sociale, et cela ne passera que par l’implication de la société civile.  » Les membres de l’association, de tous bords politiques, planchent notamment sur les textes qui régissent l’Union européenne en vue d’informer, et ils présentent des travaux sur les acquis de l’Europe « qui a su, en cinquante ans, créer un espace démocratique de paix », note Hugues Bernard.

Vigie d’alerte sur le traitement de l’Europe dans les médias, l’association haut garonnaise se positionne également sur le terrain de l’action, en organisant des conférences et des réunions d’information. La prochaine portera sur l’Europe et la gestion de l’immigration, le 20 juin prochain.

Emmanuel Bousquet

http://wwww.sauvonsleurope.org